« Le changement commence par nous, évêques »

Être sel et lumière a un coût et représente un rôle essentiel pour l’Église, selon le secrétaire général de la Communion anglicane.

Josiah Idowu-Fearon, ancien évêque et archevêque au Nigeria, est le Secrétaire général de la Communion anglicane. Ce poste, qu’il assume depuis six ans maintenant, lui a donné l’occasion de visiter diverses régions de la Communion et de se faire un aperçu étendu de la vie de la Communion anglicane à travers le monde.

Josiah s’est entretenu avec l’équipe de la Conférence de Lambeth sur le rôle que peut jouer l’Église dans la lutte contre des problèmes de société, tels que la corruption.

« Le sel ne peut être que du sel, que ce soit en Angleterre, en Finlande ou ailleurs, et la lumière ne peut être que de la lumière. Si l’on vit dans une société majoritairement religieuse, ce qui est le cas de la plupart des pays du Sud, la plupart des gens prennent leur religion très au sérieux. Être le sel signifie que vous ne devez pas être une personne ordinaire… mais une personne appelée à lutter contre toutes formes de déviance sociale, notamment la corruption. »

Josiah considère que l’église ne fait pas assez de bruit pour dénoncer des questions telles que la corruption.
« Pourquoi ne parlons-nous pas de la corruption ? Pourquoi ne parlons-nous pas des abus de pouvoir ? Pourquoi les droits des gens défavorisés ne sont-ils pas revendiqués par l’église ? Pourquoi ne parlons-nous pas de cela ? Vous ne pouvez pas être le sel dans un endroit pour une question donnée et ne pas l’être pour une autre question. »

« Si nous sommes la lumière du monde, Jésus est la lumière du monde et nous a appelés à l’être, il nous a donné cette responsabilité d’être à son image. Pourquoi n’assumons-nous pas cette responsabilité ? Comment se fait-il que dans des endroits où la corruption est monnaie courante, personne ne voit de mal à cela ? Voilà un défi à relever. C’est une question de responsabilité », a déclaré M. Josiah.

« Si nous voulons vraiment être au service de notre Dieu, nous ne pouvons pas choisir si telle ou telle chose est mauvaise, les gens le savent bien. Si vous regardez l’église, y a-t-il une différence entre ce qui se passe au sein de l’église et ce qui se passe en dehors de l’église ? Nos membres ont-ils une main dans le monde politique, dans le monde des affaires ? …. Nous avons beaucoup de choses à demander au Seigneur de changer en nous. Et cela doit commencer par nous, évêques. »

« Lorsque j’étais au Nigeria, peu avant ma retraite, il y a eu des élections en 2014 et un jeune évêque, qui venait d’être élu, nous a fait part de son expérience lors d’une de nos réunions épiscopales. Il a dit que le trésorier de son diocèse s’était présenté à un poste électif dans sa province d’origine. Et il a remporté les élections. Un concurrent d’un autre parti a contesté sa victoire au tribunal. Et l’affaire a été portée en justice dans la capitale Abuja. Ils avaient des images montrant qu’il n’y avait pas eu d’élections dans la plupart des endroits. Et pourtant, ce membre chrétien anglican a remporté l’élection. Cet évêque, qui était alors encore jeune, a été saisi de l’affaire, a vu toutes les preuves et a appelé cette personne. Il lui dit : « Écoutez, mon frère, vous n’avez rien à prouver. Le trésorier lui répond : « Vous savez, l’église est l’église, et la politique est la politique ». L’évêque lui répond : « Dans ce cas, je suis désolé, vous devez démissionner de votre poste de trésorier ». Voilà ce que c’est : être sel de la terre. »


Tags

BC-Oct21-article-FR


You may also like

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Subscribe to our updates now

Enter your details below and we'll keep you in touch with the conference as well as sharing resources and news about the event.